COMMENT LE COVID-19 ACCÉLÈRE LA BALANCE INÉVITABLEMENT VERS LE TÉLÉTRAVAIL

 

 

 

 

                         by Medium

 

 

Rendre compte de l’impact du nouveau coronavirus 2019 sur les chaînes d’approvisionnement à l’échelle mondiale peut sembler être comme lancer des fléchettes sur une planchette  les yeux bandés. Malgré l’inquiétude de la part des décideurs politiques et des soi-disant gourous financiers, une chose est sûre; la demande mondiale de délocalisation et de télétravail va monter en flèche dans les prochains mois.

 

Selon un récent article de la Harvard Business Review, la gravité de la déclaration de COVID-19 sur les opérations de fabrication dans le monde varie. L’article suggère qu’à la mi-mars, l’impact du virus atteindra son apogée sur les chaînes d’approvisionnement mondiales. Ce pic, ajoutent les auteurs, fermera temporairement les usines de montage et de fabrication aux États-Unis et en Europe (les sociétés fortement touchées jusqu’à présent sont des entités qui dépendent fortement des matériaux assemblés en Chine.)

 

S’adressant à la nation depuis la Maison Blanche, le président Donald Trump a tenté d’apaiser les inquiétudes des propriétaires d’entreprises à travers le monde; en plus d’un plan de relance de 50 milliards de dollars pour les petites entreprises, Trump a également annoncé une interdiction de voyager de 30 jours pour les Européens souhaitant visiter les États-Unis. Cette interdiction exclut toutefois le Royaume-Uni, qui ne comptait que 400 cas de virus à la date de mercredi dernier.

 

Ces questions économiques et procédurales se poursuivront dans les semaines et les mois à venir; entre-temps, cependant, compte tenu des mesures mises en œuvre par des géants comme Amazon et Microsoft, les grandes et petites entreprises commencent à réaliser les avantages du travail à distance et de la délocalisation. Des pays comme le Vietnam, qui a une culture offshore florissante, se sont déjà plongés dans cette culture.

 

 

 

 

 

 

Des sociétés telles qu’IBM ont une longue histoire de délocalisation au Vietnam – pour une bonne raison aussi – la population du pays de 90 millions d’habitants est fortement composée de jeunes travailleurs technophiles qui représentent 65% de la population. En outre, plus de 250 collèges et universités du pays offrent des programmes informatiques qui accueillent plus de 100 000 diplômés par an.

 

Dans l’exemple mentionné précédemment, IBM  a déclaré qu’elle souhaitait délocaliser environ 80% de ses opérations; à l’heure actuelle, la compagnie compte plus d’employés en Inde et au Vietnam que dans le reste du monde.

 

Les départements des ressources humaines du monde entier travaillent d’arrache-pied pour préparer des plans d’urgence pour le travail à distance. Non, le  COVID-19 n’a pas déclenché ce concept.  En effet selon FlexJobs, en fait, 4,7 millions d’Américains travaillent déjà de cette façon. Cette statistique est étonnante car il y a à peine cinq ans, la main-d’œuvre étrangère comptait environ un million de personnes de moins. Bien que le Coronavirus 2019 n’ait pas créé le télé travail, il accélérera certainement le mouvement.

 

La stigmatisation entourant le travail à distance existe des deux côtés de la relation employeur / employé; tandis que le «patron méchant» stéréotypé peut considérer les travailleurs à distance comme isolés ou paresseux, ces mêmes travailleurs peuvent se sentir méprisés ou écartés par rapport à leurs pairs. Bien que ces conceptions (ou idées fausses, plutôt) puissent exister dans la conscience collective, le nombre accru de travailleurs à l’étrangers et de délocalisation dans les mois à venir montrera aux entreprises qu’il n’y a rien à craindre.

 

 

 

 

 

 

Prenez Da Nang, par exemple; une ville au centre du Vietnam qui a été surnommée «la Silicon Valley d’Asie». Elle abrite des délocalisations animées et des communautés très dynamiques. Le monde se tourne vers cette ville et des entreprises telles que Xenia Tech, pour ses besoins de développement d’applications et de sites Web rentables. Bien que la délocalisation comporte des risques, tels que des malentendus culturels ou un manque de surveillance, ces problèmes se résument à la gestion des comptes et au service client, et non pas à la nature du travail à distance.

 

 

 

 

 

 

Même si d’innombrables articles sont écrits chaque jour sur la morosité qu’entraîne l’épidémie de COVID-19, les entreprises s’adaptent déjà au Télé travail. Lorsque les craintes liées aux coronavirus commenceront à s’éteindre, le travail à distance émergera avec moins de stigmatisation et un nombre toujours plus accru à l’échelle mondiale.

 

 

 

 

 

 

 

No Comments Yet

Comments are closed

Newsletter

About Us

Bliss Saigon is an online magazine dedicated to the Art of living in Ho Chi Minh City and Asia. The magazine present a unique editorial approach based on experts and influencers contributions, written with optimism, humor and accessibility, offering an interactive and ludic reading on lifestyle topics with sharp selections for unique insights.