LE MARRIAGE EN ASIE

Dans de nombreux pays d’Asie, les inégalités entre les sexes affectent l’équilibre démographique, et il n’est plus si facile pour un homme de se marier. L’Asie compte 100 millions de femmes de moins que les hommes et est le continent le plus masculin du monde. Sans l’Asie, la planète serait principalement féminine. La Chine et l’Inde sont les principaux pays touchés par ce problème, mais pas seulement. Le Pakistan, le Bangladesh, Taiwan, la Corée du Sud et l’Indonésie sont également concernés. En 2020, le nombre d’hommes sans femme et sans enfants devrait atteindre 28 à 32 millions en Inde et 30 à 40 millions en Chine. L’élimination des filles par les avortements, l’inégalité de traitement entre garçons et filles, les mauvaises conditions d’hygiène, sont aujourd’hui encore la cause de la mortalité féminine dans l’enfance mais aussi à l’âge adulte. En Asie, il y a moins de filles à la naissance qu’il ne le devrait et la mortalité des femmes augmente plus qu’elle ne le devrait.

 

En Inde, les filles représentent 90% des bébés abandonnés

L’infanticide est toujours pratiqué dans les petits villages indiens. Il n’est pas rare de trouver des fillettes suffoquées dans des sacs en plastique, empoisonnées avec des plantes toxiques, noyées ou étranglées.

 

Avortement multipliés

Il est devenu courant en Inde qu’une femme avorte quatre, cinq ou six fois dans sa vie, pour être sûre d’attendre un garçon. Il y aurait plus de 6,4 millions d’avortements par an dans le pays, en majorité non déclarés. Les statistiques indiquent que les zones urbaines riches ont moins de naissances féminines que d’autres zones.

 

 

 

 

 

La dote

En Inde, l’inflation récente de la dote menace encore plus fortement la stabilité économique des familles. Même dans les milieux aisés, avoir une fille est souvent considéré comme de la malchance. Quand une fille se marie, la famille de la fille doit donner un flux important d’argent à la famille du mari. Donc, si vous avez trois filles, vous êtes ruiné; trois fils, vous êtes sauvé!

 

Filles et religion

Dans la religion hindoue, avoir une fille, condamne les parents à une errance éternelle, parce que c’est le fils qui est traditionnellement en charge des funérailles funéraires des parents.

 

La lignée familiale en Asie

Les sociétés asiatiques ont une forte préférence pour les fils et pour des pays comme la Chine, Taiwan, la Corée du Sud, etc., le manque de bébés garçons signifie l’extinction de la lignée familiale et du culte des ancêtres. La préservation de son patrimoine économique, généralement la terre, influe également sur la décision de favoriser un fils. L’attribution des terres arables, un système mis en place en Chine lors de la collectivisation agraire en 1980, en plus d’un système d’héritage régi par des règles patrilinéaires pousse de nombreux agriculteurs à préférer un fils.

 

 

 

 

Filles et famille

En Inde, comme en Chine, dans la famille, la fille ne fait que passer. Après son mariage, elle quittera sa famille pour se consacrer à la famille de son mari et n’aura plus rien à voir avec ses parents. En Chine rurale, ils savent qu’ils doivent élever un fils pour se préparer à leur vieillesse parce qu’ils ne recevront jamais de pension de retraite. Élever une fille disent les Chinois c’est « cultiver le champ pour un autre »; pour les Indiens, l’expression dit « c’est arroser le jardin du voisin ».

 

 

 

 

Se trouver une femme aujourd’hui en Asie

En Chine, pour répondre à cette demande croissante d’épouses, les réseaux transnationaux s’organisent. À la frontière sino-vietnamienne, par exemple, la migration des femmes à des fins de mariage est en expansion depuis de nombreuses années. Pour certaines familles chinoises pauvres, acheter une femme est maintenant le seul moyen de trouver, à moindre coût, un compagnon pour leur fils. Dans certains villages vietnamiens, les services d’enregistrement matrimonial simplifient les procédures, permettant aux acheteurs d’obtenir un certificat de mariage et une inscription en bonne et due forme sur les registres d’état civil. Ces migrations de mariage du Vietnam ont également eu lieu vers Taiwan ces 30 dernières années. Depuis le milieu des années 1990, plus de 100 000 femmes se sont mariées à des hommes taïwanais.

 

 

 

 

Être rare ne signifie pas être perçue comme plus précieuse

Le problème de la rareté des femmes va-t-il s’améliorer à l’avenir en Asie? Pour le moment, rien ne l’indique. En Chine et en Inde en particulier, le manque de femmes a donné naissance à de nouvelles entreprises où les femmes ne représentent qu’une marchandise. Les familles pauvres indiennes vendent leurs filles et les tarifs varient entre 5 000 roupies (prix moyen d’un téléphone mobile) et 105 000 roupies (prix d’un ordinateur). Certaines jeunes femmes sont même vendues à des familles qui ont plusieurs fils célibataires, de sorte que la femme est partagée entre eux. L’Inde voit également des augmentations de la violence. La frustration sexuelle liée à la montée du célibat pousse les hommes à violer: Seulement à Delhi, il y a un viol tous les 24h et beaucoup sont des crimes collectifs. La prostitution y est également en plein essor, plus de 2 millions de femmes sont des prostituées et 25% sont de très jeunes filles appartenant à la basse caste. L’avenir de ces générations de femmes doit encore être écrit. Si le déficit des femmes continue, le monde aura de sérieuses répercussions. Moins de femmes signifient moins d’enfants et mathématiquement moins de filles pour les futures générations et, à terme, une décélération rapide de la croissance démographique dans ces pays qui sont aujourd’hui les plus peuplés au monde.

 

 

No Comments Yet

Comments are closed

Newsletter

About Us

Bliss Saigon is an online magazine dedicated to the Art of living in Ho Chi Minh City and Asia. The magazine present a unique editorial approach based on experts and influencers contributions, written with optimism, humor and accessibility, offering an interactive and ludic reading on lifestyle topics with sharp selections for unique insights.