JEAN-BAPTISTE LOUIS-PIERRE : LE PÈRE DES ESPACES VERTS DE SAIGON

 

 

Alors que la congestion routière et la pollution de l’air s’intensifient, la ceinture de verdure urbaine d’Hồ Chí Minh City prend de plus en plus d’importance en tant que « poumon vert » qui aide à disperser les polluants, à contrôler le flux de poussière et à réduire le bruit. Quel meilleur moment pour rendre hommage à Jean-Baptiste Louis-Pierre, le Français responsable non seulement des célèbres jardins botaniques et zoologiques de la ville, mais aussi de nombreux parcs et boulevards bordés d’arbres ?

Né le 23 octobre 1833 dans une riche famille de planteurs de sucre à Saint André sur l’île de La Réunion, Pierre poursuit ses études de médecine à Paris puis se spécialise en botanique à Strasbourg. Mais quand sa famille a tout perdu au début des années 1850 « des effets conjugués d’un ouragan dévastateur et des pertes subies à cause de l’affranchissement de leurs « esclaves », Pierre arrête ses recherches pour prendre un poste au British Imperial Forestry Service à Calcutta sous la direction de Sir Dietrich Brandis, le « père de la foresterie tropicale ». Se démarquant rapidement dans les rangs du service colonial britannique, il devint par la suite Chef des jardins botaniques de Calcutta.

 

 

Jean-Baptiste Louis-Pierre (1833-1905)

 

 

 

Ce fut la réputation de Pierre en tant que botaniste qualifié qui, en 1865, le porta à l’attention des officiers du ministère de la Marine française à Saïgon. L’année précédente, le contre-amiral Pierre-Paul de La Grandière, gouverneur de la Cochinchine, avait chargé un vétérinaire de l’armée française nommé Rodolphe Alphonse Germain de créer le Jardin botanique et zoologique de Saïgon, sur 12 hectares à proximité de l’arroyo de l’Avalanche (ruisseau Thị Nghè).

 

 

 

 

 

 

Le Jardin botanique et zoologique de Saïgon photographié sur une carte de Saigon en 1864

La fonction de la nouvelle institution était principalement de rechercher et de développer des espèces végétales et animales à des fins économiques, et à cette fin, le Jardin a incorporé plusieurs enclos d’élevage, ainsi que des serres pour cultiver des plants pour la recherche. Cependant, le Conseil des Colonies s’est rapidement rendu compte que son développement ultérieur dépendrait de la contribution de professionnels. Le 28 mars 1865, ils ont donc nommé Pierre Premier Directeur. Plus tard cette année, il a également été nommé membre du Comité agricole et industriel de la Cochinchine.

Botaniste qui a consacré sa vie à la science, Pierre a occupé le poste de directeur du Jardin botanique et zoologique jusqu’en 1877, développant son infrastructure et ses nombreuses espèces animales, végétales et arboricoles rares de l’Inde et du Laos, du Cambodge et du Siam. Pierre a passé une grande partie de son temps à parcourir les forêts et les savanes de la région, rassemblant ce qui est devenu l’une des collections de plantes tropicales les plus vastes et les plus riches jamais réunies par un seul individu.

 

 

Un coin du Jardin botanique et zoologique de Saïgon

Aujourd’hui, on se souvient surtout de Pierre pour sa contribution majeure à l’embellissement des espaces publics de Saïgon. Dans ses grandes pépinières du Jardin botanique et dans les jardins du Palais Norodom, il a cultivé de nombreux arbres et arbustes qui ont ensuite été transplantés pour fournir de l’ombre le long des grands boulevards de Saïgon et dans des places publiques et des parcs nouvellement établis. Pierre consacra une attention particulière au Jardin de la ville, aujourd’hui TaoĐànPark, où il planta plusieurs espèces rares et inhabituelles, gagnant la réputation de « bois de Boulogne de Saigon ». Le Jardin botanique et zoologique fit également une importante contribution au développement de l’agriculture en Cochinchine, en fournissant aux colons colombiens de grandes quantités d’arbres fruitiers et de cultures industrielles. En une dizaine d’années, Pierre transforme les jardins botaniques et zoologiques de Saïgon en une des institutions phares de son genre en Asie de l’Est. Cependant, en 1875, il avait dépassé ses installations et fut donc chargé de créer une ferme expérimentale sur un site de 120 ha dans l’enceinte de l’ancienne Pagode des Mares, qui se trouvait près de la jonction des rues modernes Phạm Viết Chánh et Cống Quỳnh. 1.

 

 

La Ferme expérimentale des Mares photographiée sur une carte de Saigon en 1895

Au cours des années suivantes, cette Ferme expérimentale des Mares a réalisé d’importants travaux de recherche et a réussi à développer des variétés plus efficaces de café, de mangue, de pandanus, de jute, d’indigo et de canne à sucre. Au cours de ses 12 années à Saigon, Pierre enseigna aussi la botanique au Collège des Stagiaires, où il aurait acquis le surnom de « Pétrus Botanic ». Il retourna à Paris en 1877 pour consacrer plus de temps à ses recherches, et ce fut durant cette période qu’il écrivit l’un des livres les plus importants sur la flore de la forêt tropicale jamais écrit. Il fut décrit par ses contemporains comme « un des plus importants livres sur la flore forestière tropicale ». Véritable monument de la science et de l’érudition » et une « bible pour tous les botanistes curieux des secrets de la flore coloniale », Pierre écrivit dans ses dernières années de nombreux articles scientifiques pour diverses revues savantes, dont le Bulletin du Jardin colonial, le Bulletin de la Société Linéenne de Paris et le Bulletin du Muséum de Paris.

Plusieurs genres végétaux ont été nommés d’après son nom, y compris le Pierreodendron de la famille des Sapotacées et la Pierrée de la famille des Flacourtiacées. Jean-Baptiste Louis-Pierre décéda le 30 octobre 1905 à Saint-Mandé, dans la banlieue Est de Paris, où il y est enterré. En février 1933, pour commémorer son travail et ses recherches académiques, le Conseil scientifique Français installa son buste en marbre au Jardin botanique et zoologique de Saïgon. Cela a été rénové pendant les célébrations du 130ème anniversaire du Zoo en 1994.

 

Tim Doling est l’auteur de plusieurs écrits sur le Vietnam dont Exploring Hồ Chí Minh-Ville (Nhà Xuất Bản Thế Giới, Hà Nội, 2014) et organise également des visites guidées de 4 heures sur patrimoine historique de Saïgon et de Cholon. Pour plus d’informations sur l’histoire de Saigon et les visites organisées par Tim visitez son site Web, www.historicvietnam.com

 

 

No Comments Yet

Comments are closed

Newsletter

About Us

Bliss Saigon is an online magazine dedicated to the Art of living in Ho Chi Minh City and Asia. The magazine present a unique editorial approach based on experts and influencers contributions, written with optimism, humor and accessibility, offering an interactive and ludic reading on lifestyle topics with sharp selections for unique insights.