INTERVIEW PRASERT YODKAEW – «IL FAUT TOUJOURS TROUVER LA VÉRITÉ »

 

Prasert Yodkaew, Nightmare, 2018, installation view

 

Prasert Yodkaew est un artiste contemporain Thaïlandais, qui propose une interprétation subtile du croisement entre les croyances traditionnelles Thaïlandaises, la science et la technologie de notre temps. Initialement formé aux Beaux-Arts traditionnels Thaillandais, il s’est tourné ces dernières années vers des travaux d’Installation, de vidéo et de performance artistique. Son mélange de média combine des éléments de l’art traditionnel Thaïlandais avec des objets trouvés contemporains qui donnent des installations artistiques étonnantes et ingénieuses.

 

 

 

 

Dans son exposition solo « Nightmare», qui commence à la Vin Gallery à Saigon le 2 mars 2018, l’artiste nous emmène dans les profondeurs de son subconscient avec une performance artistique à grande échelle, qui transformera pendant un mois, la galerie en un réseau de vérités, de souvenirs et de réalités. Rencontre avec l’artiste.

 

Bliss Saigon : Prasert, Votre exposition ‘Nightmare’ à la Vin Gallery à Saigon commence le 2 mars. Pourquoi une exposition sur les rêves ?

Prasert Yodkaew: Il ne s’agit pas tant de rêves mais de cauchemars. Je veux plutôt parler de la vérité et des réalités émotionnelles. La vérité est que tout le monde dans cette vie aura un jour un cauchemar. J’utilise le thème du « cauchemar » pour jouer avec les sentiments et les souvenirs du public.

 

 

Prasert Yodkaew, Nightmare, 2018, installation view

 

BS : Quel rôle joue votre recherche dans votre processus artistique et comment l’exploitez-vous avec un projet comme ‘Nightmare’?

Prasert Yodkaew: Mon travail est très influencé par l’endroit où je travaille, ainsi que par les histoires que j’entends et que je vois avant de faire mon travail. Ma formation à l’art traditionnel Thaï et ma propre culture font que je travaille souvent avec Bouddha. Pour ce projet, j’ai pensé à la façon dont Bouddha est aussi important dans la culture Vietnamienne et j’ai été inspiré par l’histoire d’un moine se consumant. Bien que je ne sache pas toujours ce qui est vrai et ce qui n’est pas vrai, je vois tous les jours des histoires comme celles-ci à la fois entre réalité et cauchemar : les histoires de nos vies. Cependant, à la fin, ces histoires ne sont pas si importantes pour moi, ce qui est important, c’est que les gens trouvent leur propre vérité dans mon travail. Je passe du temps à chercher et à trouver des objets que nous pouvons tous trouver familiers, qui peuvent rappeler au public leurs propres vies, expériences et cauchemars. Ces objets trouvés ont d’abord été utilisés et jetés, et vous pouvez voir à travers eux la vie de la personne qui les a utilisé.

 

 

Prasert Yodkaew, Nightmare, 2018, installation view

 

BS : Comment imaginez-vous l’expérience du spectateur dans cette expérience visuelle ?

Prasert Yodkaew: Je veux qu’ils fassent leurs propres découvertes. Je pense qu’ils se poseront beaucoup de questions mais les réponses ne peuvent être trouvées qu’à partir de leur propres vie et expériences. Même si j’ai quelques réponses pour moi-même, je ne peux pas les fournir à d’autres personnes. Je ne veux pas influencer les expériences d’autres peuples ou les questionner avec mon travail, je veux qu’ils arrivent à leurs propres conclusions. C’est bien aussi s’ils n’ont pas d’idées, cela concerne leur propre vie. J’ai mentionné plus tôt que j’utilise des objets familiers pour les aider à visualiser leurs propres expériences lors de la visualisation de l’installation.

 

BS : En général, vous proposez des installations artistiques proposant des déplacements entre le monde contemporain et le monde traditionnel ? Pourquoi ?

Prasert Yodkaew: L’art traditionnel nous aide à voir la culture du passé et, en cela, nous pouvons apprendre du passé comment être dans le présent. Je ne vois pas de séparation entre l’art traditionnel et l’art contemporain. Pour moi, ils ne sont ni séparés ni ensemble. J’ai été formé à l’art traditionnel Thaïlandais et tout le monde en Thaïlande doit en faire l’expérience, mais mon art est imprégné à la fois de pensées contemporaines et d’idées traditionnelles.

 

 

Prasert Yodkaew, Nightmare, 2018, installation view

 

BS : L’être humain et la société sont des thèmes majeurs dans vos performances. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Prasert Yodkaew: Je parle de la vie, de la vie humaine et animale et de la façon dont cela affecte la société et même le soleil et la lune, mais il s’agit de trouver la vérité. Toutes mes œuvres, performances, vidéos, installations sont toujours sur la vérité. Ce ne sont que des outils pour diffuser mon message. Parfois, une seule installation ne peut pas tout dire et une performance peut aider à exprimer plus d’idées.

 

BS : Si nous avancions dans le temps, quel serait votre rêve en 2050?

Prasert Yodkaew: Je n’aime pas penser si loin, c’est trop impressionnant.

 

 

 

 

Prasert Yodkaew : ‘Nightmare’

Dates : 2 mars – 4 avril 2018 Vernissage le vendredi 2 mars 2018 – de 18h30 à 20h30

AdresseVin Gallery, 6 Le Van Mien, Thao Dien, Quartier 2, Ho Chi Minh City, Viet

No Comments Yet

Comments are closed

Newsletter

About Us

Bliss Saigon is an online magazine dedicated to the Art of living in Ho Chi Minh City and Asia. The magazine present a unique editorial approach based on experts and influencers contributions, written with optimism, humor and accessibility, offering an interactive and ludic reading on lifestyle topics with sharp selections for unique insights.