Interview avec Damian Kilroy, producteur du festival Coracle

 

 

 

 

 

Si tout le monde quitte le festival un sourire aux lèvres et en ayant besoin d’une bonne nuit de sommeil, alors oui, nous serons heureux…

 

Le prochain festival de musique Coracle Beach se tiendra les 17 et 17 Novembre prochain sur un camping côtier Sud Vietnamien, plus précisément à Ho Tram. Cet évènement promet d’être une bonne alternative aux nombreux événements de musique électronique ayant eu lieu au vietnam ces dernières années. En effet, avec plus de 30 groupes et DJ internationaux et locaux présents, ce concert avec ses deux scènes directement installées sur la plage, une présentant de la musique live et une autre présentant des DJs, offrira aux fans une grande liberté de choix.

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur ce concept unique, Greg Dolezal de Bliss Saigon Magazine a rencontré Damian Kilroy, principal producteur du festival et à la base du concept, pour discuter du festival et de ce à quoi nous pouvons nous attendre. Ce projet est également le fruit d’une collaboration entre certains des plus importants promoteurs musicaux artistiques de Saigon  à savoir : Loud Minority, Saigon Outcast, The Observatory et Cargo Remote.

 

 

Greg (BS) – Damian, qu’est ce qui vous a motivé  pour lancer ce projet?

Damian – Lorsque je travaillais avec Rod au Cargo, nous parlions toujours de faire un festival, mais nous pensions que la meilleure façon de le faire consistait d’abord à présenter un certain nombre de concerts, de se bâtir une réputation et enfin de faire un festival. Après la fermeture du Cargo, j’étais complétement vidé. Nous avions travaillé si dur et investi tellement pour construire quelque chose qui commençait à bien marcher… Ensuite, je me suis installé à Vung Tau avec ma compagne et j’ai ouvert un bar. J’avais toujours des demandes d’infos concernant des musiciens voulant jouer à Saigon, mais il n’y avait tout simplement aucun lieu pouvant contenir entre 500 et 1 000 personnes pour un concert. Cela m’interpellait et je me demandais pourquoi une ville de la taille de Saigon n’avait pas de lieu pour ce genre de choses…

 

 

Concert au Cargo. Viet Voda House – Ly Cat Trong Ly –  La Grande Sophie – Pic Christian Bouaziz

 

Et puis les choses ont évolué, je me suis remis à penser à faire un festival. Dans ma tête, je pensais à 2 scènes – live et DJ. J’ai toujours eu beaucoup de respect pour ce que Dan avait fait avec l’Observatory. J’en ai parlé à Dan et il était enthousiaste. Je voulais aussi que Rod soit impliqué, alors je suis allé jusqu’à Mui Ne. À peu près à la même époque, Linh (Saigon Outcast, Rogue, Soma art) est passé à Vung Tau et nous en avons parlé. Je pense que nous avons tous estimé que c’était quelque chose dont cette partie du pays avait besoin. Nous avions tous beaucoup d’expérience dans ce domaine et voulions produire un événement de qualité.

 

Greg (BS) – A ce sujet, quels sont d’après vous vos points forts?

Damian – Nous avons eu la chance de programmer des groupes formidables. Nous avions programmé BRMC pour plus de 1,000 personnes et cela avait été un succés. Nous avions aussi programmé alors Mac DeMarco, The Vaccines, Frank Tuner, The Lemonheads, Little Barrie, Oddisee (qui sera d’ailleurs la vedette de ce festival), et la liste est longue. À chaque spectacle, nous avons été fiers de ce que nous avions gagné… et aussi parfois perdu financièrement!  C’était formidable de voir des groupes de qualité jouer ici au Vietnam. Nous l’avons fait avant tout par passion et afin de promouvoir la scène musicale vietnamienne.

 

Greg – (BS) – Qu’est-ce qui distingue Coracle des autres festivals en Asie ?

Damian – Je pense que c’est le contenu avant tout. J’étais fier des spectacles que nous avions montés à Saigon. Personne d’autre ne le faisait à l’époque ici. Quand j’ai eu l’idée de faire un concert avec 2 scènes : une scène pour les groupes live et une scène pour les DJs, j’ai d’abord pensé à l’Observatory car ils font ça trés sérieusement. Puis ne pouvant faire ce que l’équipe de l’Observatory faisait, j’ai alors pensé à m’entourer de personnes douées pour le faire. En ce qui concerne la scène en direct, sans vouloir paraître prétentieux, nous avions présenté alors les meilleurs spectacles en direct au Vietnam.

 

 

 

 

Greg (BS) – Les DJs et la musique électronique sont très populaires ici, mais vous avez choisi d’inviter des groupes pour jouer en live. Avez-vous un style de musique qui vous intéresse particulièrement?

Damian – J’aime la musique live sous de nombreuses formes et je voulais que le line-up du concert reflète cela. Oddisee est l’un de mes artistes hip-hop préféré depuis des années. Je suis donc ravi qu’il revienne. Le groupe est dément! The Blood Red Shoes sont eux incroyables sur scène. Le choix est vraiment éclectique et c’est ce que nous souhaitions. Si j’écoute le même genre de musique pendant un moment, alors je m’ennuie… Enfin, je pense que la musique live est sous-représentée et sous-estimée au Vietnam. Je souhaiterais personnellement voir plus de musique live originale et de qualité notamment chez les jeunes artistes vietnamiens. Mais j’aime les DJs aussi! et je pense que l’équipe de l’Obs est la meilleure. Il faut faire ce que l’on sait faire!

 

 

Greg (BS) – Comment avez-vous choisi l’emplacement? Qu’elle est la petite histoire?

Damian – Je vis à une heure du site. J’ai parcouru la côte pendant plusieurs jours, m’arrêtant là où je pensais que cela pourrait être un site de festival viable. Bien Ho était un camping déjà existant. C’était un peu rustique mais j’aimais ça. Il y avait d’autres zones de villégiature avec camping mais cela ne se prétait pas vraiment à un festival, et il n’y avait aucune ambiance…

 

Greg (BS) – Qu’avez vous prévu pour atténuer l’impact environnemental de ce festival?

Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour limiter notre utilisation de plastique. Nous avons déjà investi dans le nettoyage de la plage où se déroulera le festival. Nous espérions nous associer à de nouvelles initiatives «non plastique» afin d’obtenir des gobelets biodégradables pour l’événement, ce qui aurait été formidable, mais malheureusement cela n’a pas abouti. Nous envisageons actuellement d’autres options.

 

Greg (BS) – Organiser un festival de cette taille est un sacré challenge…Est ce que cela correspond à ce que vous attendiez? Des surprises?

C’est la première année et la première fois que nous travaillons tous les quatre ensemble. Ce n’est pas facile, car nous sommes tous trés actifs et vivons dans des villes différentes. La première édition est aussi généralement la plus difficile. Je pense qu’une fois que les gens auront fait l’expérience de  ce festival et que nous les aurons vus s’amuser, cela facilitera un peu la deuxième éditions à certains égards. Nous sommes déjà très enthousiastes à l’idée de pouvoir envisager deux prochaines éditions absolument incroyables , mais pour le moment nous restons concentrés sur cette première. L’emplacement est excellent, la programmation est la meilleure que j’ai vue pour un festival au Vietnam et le temps s’annonce comme génial, alors oubliez vos moon boots!

 

Greg (BS) – Quelque chose que vous voudriez ajouter?

Vous l’avez compris, nous adorons vivre au Vietnam et nous sommes impatients d’organiser ce grand festival ici. Nous espérons qu’un maximum de personnes participera à l’aventure et passera un week end inoubliable. Si tout le monde repart un sourire aux lèvres en ayant besoin d’une bonne nuit de sommeil, alors, oui nous serons heureux.

 

Plus d’info sur le festival HERE 

Ticketing HERE

 

Coracle Festival – Bien Ho Ho Tram Camping – Ho Tram – Vietnam

16-17 November 2018

 

 

No Comments Yet

Comments are closed

Newsletter

About Us

Bliss Saigon is an online magazine dedicated to the Art of living in Ho Chi Minh City and Asia. The magazine present a unique editorial approach based on experts and influencers contributions, written with optimism, humor and accessibility, offering an interactive and ludic reading on lifestyle topics with sharp selections for unique insights.