Lutte contre la pollution plastique: Entretien avec Rethink Plastic Vietnam et Precious Plastic Da Nang

 

En parcourant les dernières nouvelles sur les actualités de la BBC et les applications Guardian sur mon téléphone, je lis quotidiennement des titres comme ceux-ci :‘40kg de plastic trouvé dans le ventre d’une baleine morte »; Microplastique trouvé dans chaque lac et riviére d’Angleterre, Coca cola reconaît produire 3 millions de tonnes d’emballage chaque année ». Le volume de plastique qui se retrouve dans nos océans augmente à un rythme de 8 millions de tonnes métriques par an. C’est l’équivalent de 1,6 million d’éléphants. Si rien n’est fait, ce chiffre pourrait être multiplié par dix pour atteindre 80 millions de tonnes métriques par an d’ici 2025, dans cinq ans seulement. Le plastique étouffe nos océans, y noie la faune et nuit à la santé humaine.

 

 

 

 

Les lions de mer sont étouffés par les cordes en plastique Les oiseaux côtiers se noient littéralement dans le plastique. 60% de tous les plastiques en provenance de l’océan proviennent de seulement 5 pays et, malheureusement, le Vietnam en fait partie.

 

 

 

 

Au Royaume-Uni, il était difficile de ne pas prendre conscience du problème dû aux gros titres des médias. Cependant, je n’étais pas trop inquiete parce que j’étais témoin de tentatives positives pour réduire la quantité de déchets plastiques que nous produisions : étiquettes de prix sur les sacs en plastique à usage unique, interdiction du plastique à usage unique au Glastonbury Music Festival 2019 et lancement zones franches dans les supermarchés, pour n’en citer que quelques-unes, mais vivre au Vietnam m’a bel et bien ouvert les yeux sur l’ampleur du problème. Dans nos océans, 60% du plastique provient de seulement 5 pays et malheureusement, le Vietnam en fait partie. La population vietnamienne a atteint 93,7 millions l’année dernière et génère près de 18 000 tonnes de déchets plastiques par jour. C’est 1,5 bus londonien en plastique fabriqué quotidiennement.

 

 

 

 

L’océan est la décharge en plastique du Vietnam.  Une poubelle locale à Da Nang débordant de plastique.

 

 

 

 

 

Chaque fois que je quitte ma maison, je ne peux pas m’empêcher d’être attiré par elle. Les bacs débordent de boîtes Take away et de sacs en plastique. Tout les cafés sont livrés dans un gobelet en plastique, dans un sac en plastique, avec une paille en plastique, qui est emballée à l’intérieur – oui, vous avez bien lu, la paille avec un emballage sup en plastique. Un sac en plastique a une «durée de vie» moyenne de 15 minutes.

 

 

 

 

 

 

En tant qu’écologiste attentionné, j’ai décidé d’expliquer comment le Vietnam commençait à s’attaquer à cette montagne de plastique, ou voir pas du tout…J’ai donc contacté deux des ONG vietnamiennes, Rethink Plastic Vietnam et Precious Plastic Da Nang, pour en savoir plus.

 

Comme vous le savez, le Vietnam est l’un des cinq plus grands pollueurs de plastique par les océans. Pensez-vous que cela est le cas ?

Rethink Plastic Vietnam: «En effet, ici au Vietnam, vous ne pouvez pas ignorer le problème du plastique, et vous pouvez le voir partout. Le Vietnam est largement contributeur. Cependant, cela ne vient pas seulement du Vietnam. Les déchets plastiques au Vietnam ont trois causes principales : La première est que la plupart des sites d’enfouissement  sont situés à proximité de rivières et d’autres voies navigables. Les déchets finissent donc dans ces voies navigables et sont malheureusement transportés vers la mer. Deuxièmement, beaucoup de déchets plastiques sont «déversés» au Vietnam par d’autres pays (UE, Chine, Japon, etc.) et le pays n’a pas la capacité ni les systèmes pour les traiter correctement. Enfin, le Vietnam est encore un pays en développement, mais avec une économie et une population en croissance rapide, il s’éloigne d’un mode de vie traditionnel pour une économie plus axée sur la consommation et la commodité. Et malheureusement, le plastique fait vraiment partie de cette consommation. ”

Precious Plastic Da Nang: «Le Vietnam a une côte de 3 260 km, avec 28 provinces et 15 zones économiques situées sur les zones côtières. Avec des villes et un développement si proches de l’océan, le Vietnam rejette environ 1,8 million de tonnes de déchets plastiques par an dans la mer.  »

 

Qu’est-ce qui vous a incité à configurer vos organisations pour tenter de résoudre le problème du plastique?

Rethink Plastic Vietnam: «La fondatrice de Rethink Plastic Vietnam a visionné le documentaire« A Plastic Ocean »de Craig Leeson et a décidé de faire tout ce qui était en son pouvoir pour réduire le problème de la pollution plastique dans sa propre communauté et son pays d’accueil. Elle a réuni un groupe de personnes partageant la même vision, le reste appartient à l’histoire. ”

Precious Plastic Da Nang: «Precious Plastic a été lancé par un groupe de 4 personnes venues du monde entier, inspirées par l’idée de réduire la pollution plastique à Da Nang et de sensibiliser le public à ce problème, en particulier  les jeunes enfants.»

 

Que souhaitez-vous atteindre? Et comment font vos organisations?

Rethink Plastic Vietnam: «Notre mission est de faire du Vietnam un exemple de solution au lieu du problème de la pollution par les plastiques en Asie du Sud-Est, et de le retirer de la liste des cinq pays les plus polluants en plastique au monde. Cet objectif sera atteint grâce à la sensibilisation et à la mise en relation des parties prenantes du monde des affaires, de la communauté et du gouvernement. Rien qu’en 2018, nous avons organisé des événements de nettoyage, des programmes en entreprise, des visites d’école, le Mois de la sensibilisation au plastique et des conférences universitaires. ”

Precious Plastic Da Nang: «Notre objectif est d’éduquer les enfants et la communauté locale à travers nos ateliers de nettoyage de plages. Nous concevons également nos propres machines afin de recycler le plastique et de créer de nouveaux objets, par exemple. chaînes clés, sous-verres, etc., pour sensibiliser et démontrer l’importance de la participation de la communauté.  »

 

 

 

 

 

Séances de nettoyage de plage par Rethink Plastic

 

 

 

 

Les questions environnementales sur les déchets plastiques sont à l’ordre du jour des médias au Royaume-Uni. Est-ce le cas au Vietnam?

Precious Plastic Da Nang: «Le problème des déchets plastiques est couvert par les médias, mais pas à grande échelle. Le mois dernier,  une chaîne locale a couvert notre nettoyage de l’océan. Ils ont également couvert d’autres initiatives à travers le Vietnam visant à s’attaquer à ce problème. »

 

De manière générale, dans quelle mesure les habitants vietnamiens sont-ils au courant de la pollution plastique?

Rethink Plastic Vietnam: «Nous pensons qu’ils sont de plus en plus conscients et nous les encourageons à faire partie de la solution. Je pense que le moment est propice.

 

Des problèmes environnementaux tels que les déchets plastiques sont-ils au programme des écoles? Et comment les entreprises abordent-elles le problème, le cas échéant?

Precious Plastic Da Nang: «Les enfants qui étudient dans des écoles internationales ont peut-être déjà abordé ce sujet dans leur programme, mais dans l’ensemble, les écoles publiques ne semblent pas le couvrir actuellement, ce qui doit changer. »

Rethink Plastic Vietnam: «Nous voyons de plus en plus d’entreprises unir leurs efforts pour s’attaquer ensemble au problème de la pollution plastique. Et nous constatons une demande accrue d’entreprises qui souhaitent s’impliquer plus activement et rejoindre nos campagnes. ”

 

Au Royaume-Uni, des mesures commencent à être mises en place pour réduire le plastique, par exemple:  zones libres de plastique dans les supermarchés, sacs en plastique payants etc. Combien de temps faudrait t’il, selon vous, pour que le Vietnam mette en oeuvre le même type de mesures?

Rethink Plastic Vietnam: «Le 9 juin dernier, le Premier ministre Nguyễn Xuân Phúc a annoncé son intention d’éradiquer à l’échelle nationale les plastiques à usage unique d’ici 2025. Il a lancé une campagne nationale sur la prévention des déchets plastiques et s’est fixé pour objectif de supprimer les produits en plastique des marchés urbains, des dépanneurs et des supermarchés d’ici 2021, faisant en sorte que de nouvelles étapes soient franchies.  »

Precious Plastic Da Nang: «Nous pensons que des mesures sont mises progressivement en place pour réduire les déchets plastiques. Certains grands supermarchés utilisent du papier fait à partir de bananiers plutôt que du plastique, et de plus en plus de cafés et de restaurants optent pour les pailles en bambou ou acier inoxydable.

 

 

 

 

 

 

 

Des pailles en acier inoxydable sont installées dans certains cafés locaux de Da Nang et la plage My An à Da Nang a construit une unité de recyclage géante pour le plastique .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sophie Johnson est une blogueuse britannique diplômée en zoologie et en conservation qui a à cœur de sensibiliser les gens aux problèmes environnementaux les plus graves. Elle vit et enseigne actuellement à Da Nang, au Vietnam, et a entrepris des projets de conservation à Madagascar et au Zimbabwe. Avant son déménagement au Vietnam, Sophie travaillait chez BBC Wildlife Magazine au Royaume-Uni.

 

 

 

 

 

 

 

No Comments Yet

Comments are closed

Newsletter

About Us

Bliss Saigon is an online magazine dedicated to the Art of living in Ho Chi Minh City and Asia. The magazine present a unique editorial approach based on experts and influencers contributions, written with optimism, humor and accessibility, offering an interactive and ludic reading on lifestyle topics with sharp selections for unique insights.