Paris en noir et blanc à la galerie Noirfoto ce mois de Mars

 

 

Photo Pham Tuan Ngoc

Le photographe Pham Tuan Ngoc, qui dirige la Galerie Noirfoto à Thao Dien, dans le District 2 d’HCMC, a mené de nombreuses vies. D’un premier poste d’auditeur à Hanoi à un statut d’étudiant diplômé du nord de la Suède en passant par un job de chauffeur-livreur de sushis à Paris, il ne reste plus qu’une constante: la passion de la photographie analogique. Aujourd’hui, à la Noirfoto galerie, qu’il a crée à partir de rien, le dévouement de Ngoc à la photographie est manifeste. Sa prochaine exposition personnelle à Noirfoto, une rétrospective intitulée ‘9 – Paris in B&W, reflète avant tout un engagement à raconter des histoires à travers un médium qui requiert de la réflexion, de la réévaluation et de la patience.

 

 

 

 

«Cette exposition vient compléter ce que j’ai commencé et ça a été long à venir».

 

‘9 – Paris in B&W est l’aboutissement de deux années passées à vivre et à respirer une ville qui, me dit Ngoc, «m’a tout de suite attirée». Bien qu’il soit allé initialement en Suède pour étudier le e-commerce, Ngoc s’est arrêté en chemin à Paris pendant neuf jours. C’est tout ce qu’il lui a fallu et assez tôt, dés qu’il avait des vacances, il revenait à Paris. Après avoir acquis des compétences pratiques grâce à un stage en photographie et, comme il le dit lui-même, «appris le perfectionnisme» dans un environnement particulièrement nouveau en Suède, Ngoc s’est installé à Paris en 2009. La question de comment trouver du travail était pour lui secondaire mais l’envie de s’immerger dans la ville était primordial. Au début de son séjour, Ngoc a commencé à développer des photos dans la chambre noire d’un de ses amis à l’université. «Avant d’avoir un travail, même si je n’avais ni argent ni rien d’autre, je me glissais dans cette chambre et travaillais toute la nuit pour y réaliser des impressions noir et blanc». Ensuite, une opportunité s’est présentée: un poste de chauffeur-livreur de sushis. Glamour? Pas vraiment. Mais, assez tôt, Ngoc a pu voir plus de la ville que beaucoup de parisiens ne le feraient dans toute une vie. Avec un job qui nécessitait de naviguer dans des ruelles cachées, des cours interdites et, parfois, à l’intérieur des maisons, Ngoc était à la fois un observateur extérieur et un flâneur. Sa vision de la ville devenait intime.

 

 

 

 

 

 

«Pour moi, c’était un travail extraordinaire. Pourquoi être serveur? Vous ne voyez que les cuisines et les tables. Je voulais voir plus. Bien sûr, j’ai roulé sous la pluie glacée, mais j’aimais et j’aime toujours ça».

 

 

Photo Pham Tuan Ngoc

 

Et pendant tout ce temps, il n’a jamais cessé de prendre des photos. Même dans les conditions les plus difficiles, la beauté de la ville l’attirait. « Une photo proposée dans l’exposition, un pavé scintillant sous une pluie nocturne, a été prise lors de la nuit la plus froide. Je me suis retrouvé coincé sous un viaduc en attendant que la pluie cesse mais il fallait que je fasse cette photo». Le choix de la photo en noir et blanc a été pour lui déterminant dans le choix de la ville. Bien qu’il ait vécu dans divers continents et dans de nombreuses villes, il affirme que Paris, même sans couleur, conserve son identité et prend un nouveau sens.

Neuf ans plus tard, Ngoc partagera son travail avec Noirfoto, le lieu qu’il a crée et où demeure toujours sa chambre noire. A l’instar des années passées à réfléchir sur Paris, le choix des photos et medium a été un exercice délibéré. À l’ère de la retouche photo numérique visant à une gratification instantanée, la clef du travail de Pham Thuan Ngoc repose sur l’idée de progresser lentement, de prendre le temps non seulement de « capturer » une photo et de développer le film, mais aussi de comprendre ce que cela signifie dans le monde physique .

 

 

 

Photo Pham Tuan Ngoc

 

Le temps est au premier plan de la philosophie personnelle d’un photographe. “Prendre des photos avec un film”, dit-il, “est de combiner la lumière et le temps. En filmant, vous créez quelque chose de tangible, quelque chose que vous pouvez tenir dans la main. Pour moi, l’art n’est pas seulement le contenu mais c’est aussi le médium ».

 

L’exposition ‘9 – Paris in B&W’ ouvre le 31 Mars 2019 à la galerie Noirfoto. Ce jour là une « party » précedera l’opening pour fêter les deux ans de la galerie.

Noirfoto Gallery

199bis Nguyễn Văn Hưởng

Thảo Điền, Quận 2, Hồ Chí Minh City

 

 

No Comments Yet

Comments are closed

Newsletter

About Us

Bliss Saigon is an online magazine dedicated to the Art of living in Ho Chi Minh City and Asia. The magazine present a unique editorial approach based on experts and influencers contributions, written with optimism, humor and accessibility, offering an interactive and ludic reading on lifestyle topics with sharp selections for unique insights.